Travailler pendant ses trajets : une bonne idée ?

travailler pendant ses trajets dans les transportstravailler pendant ses trajets dans les transports

Comme vous le savez peut-être, je passe tous les jours 1h30 dans les transports en commun – 45 minutes aller, 45 minutes retour. Il m’a donc fallu avec l’expérience optimiser mon temps pour pouvoir profiter au maximum de ma famille en rentrant le soir. C’est ainsi que j’ai commencé à travailler dans le wagon. Vous vous en doutez, cette solution n’a pas que des avantages…

Pas facile de travailler dans une ambiance bruyante

Peut-être êtes-vous comme moi : impossible en ce qui me concerne de me concentrer et travailler tout en écoutant de la musique… Ma seule option a donc été pendant un long moment de travailler sans casque, et de devoir subir les bruits / discussions des autres passagers. Avec le temps, j’ai toutefois réussi à développer quelques stratégies hyper efficaces.

Ma solution pour ne pas être dérangé par la cacophonie ambiante : j’ai investi dans un casque à réduction de bruit. Je peux donc maintenant me concentrer sur mes occupations sans jamais souffrir d’aucun dérangement de ce genre.

Eviter les distractions : une étape obligatoire

Pendant les premiers mois passés à supposément travailler dans le train, j’ai eu à annuler pas mal de mes sessions de boulot à cause d’un voisin un peu trop bavard. Je peux bien le comprendre, les trains – surtout ceux du matin, sont plein de personnes se rendant au travail et cherchant à s’occuper sur le chemin. Si les jeunes ont pour la plupart des casques pour écouter de la musique ou regarder des films, les voyageurs les plus âgés eux aiment bien tailler une bavette…

Je m’assois donc désormais uniquement à des places individuelles. C’est peut-être un peu dur à dire, mais cela m’évite d’avoir à passer le trajet à écouter mon voisin converser avec moi, alors que je dois avancer sur mon travail.

Des connexions internet pas toujours à la hauteur

Pour travailler, de plus en plus de salariés doivent de nos jours utiliser une connexion à internet. Les trains proposent pratiquement tous maintenant ce type de service. Le hic : les réseaux ne sont pas forcément fiables et la vitesse de navigation pourrait vite vous faire criser…

Pour être sûr de ne pas dépendre de la SNCF pour avancer sur mes taches, j’ai donc investi dans un forfait téléphonique qui me permet d’utiliser la 3G de mon téléphone sur mon ordinateur. Depuis : plus aucun souci !

Impossible de traiter des données confidentielles

Je travaille dans les relations humaines. Vous comprendrez donc qu’il me faille parfois traiter des informations confidentielles au sujet des employés de l’entreprise. Or, il m’est impossible de faire cela dans le train. Je ne pourrais en effet jamais – de par mon éthique de travail – discuter d’un conflit avec un salarié ou des soucis de santé d’un autre au téléphone avec un collègue, alors que tous les passagers peuvent entendre ma conversation.

Ma solution : je prévois chaque soir des taches non confidentielles que je pourrai traiter pendant mon trajet du lendemain, et garde les affaires les plus délicates pour le bureau. Après tout, 45 minutes, cela passe vite et la plupart des taches sensibles peuvent attendre mon arrivée au travail.

Pour optimiser vos trajets dans les transports en commun, je vous livre quelques astuces.

Les voici présentées une à une :

Menu